De l'homme animal à l'animal social | <br>Regard sur l'oeuvre de Stéphanie Chalut et Gabrielle Gendron Stéphanie Chalut et Gabrielle Gendron

De l'homme animal à l'animal social |
Regard sur l'oeuvre de Stéphanie Chalut et Gabrielle Gendron

 À l’heure de la globalisation et des communications effrénées, l’idée de la tradition et de sa transmission s’est complètement transformée. Nous vivons dans un monde expéditif qui bascule entre la création de repères et la perte de ceux-ci afin de s’approprier la construction de notre propre identité. De l’homme animal à l’animal social se veut une réflexion sur le rapport intime que l’homme entretient avec son origine animale et sociale ainsi qu’à la perte de ses traditions et de son identité. Comment doit-on se positionner face à ces multiples changements lorsque le simple questionnement sur notre individualité collective est devenu complexe? Explorant les tensions entre l’homme et son animalité, cette exposition met en perspective le travail des artistes Stéphanie Chalut et Gabrielle Gendron en proposant un regard entre les polarités de l’inné et de l’acquis.

STÉPHANIE CHALUT L’HOMME - L’ACQUIS
S’imprégnant de récits personnels et collectifs, le travail artistique de Stéphanie Chalut est empreint d’une sensibilité sociale autant qu’il relève de l’intime. Dans son oeuvre, l’artiste produit des images et des mises en espace qui s’inspirent de la perte des repères nationaux et occidentaux à travers le phénomène de globalisation du monde. Dans un contexte de relativisme culturel, par ses dessins et ses cabinets de curiosités, elle illustre la mémoire historique et nationale. Par la recomposition de récits, elle créé des images et des liens surprenants afin de que la mémoire du spectateur ait à se positionner face à l’oeuvre. Ainsi se heurtent de plein fouet l’idéologie sociale ambiante et la transmission des savoirs et des traditions.

GABRIELLE GENDRON L’ANIMAL - L’INNÉ
L’oeuvre de Gabrielle Gendron propose une réflexion sur les rapports entre l’homme et l’animal. Ayant grandi dans une famille de piégeurs, de chasseurs et de pêcheurs, son travail s’inspire des relations privilégiées qu’elle entretient avec l’animal sauvage. Par la cohabitation du dessin et de la peinture, elle propose des rencontres hybrides entre l’homme et l’animal questionnant ainsi les rapports de puissance et de protectionnisme entretenus par l’homme. Portant un regard sur l’intelligence des animaux et leur sensibilité, l’artiste s’interroge sur la désolidarisation de la nature de l’homme face à celle des animaux. Comme le mentionne Thierry Gontier : « Est-il vrai de dire qu’il n’y a donc pas d’affirmation gratuite sur l’animal : est-ce que tout discours sur la nature des animaux a des retombées sur l’homme? »

 

BIOGRAPHIE

Stéphanie Chalut vit et travaille à Longueuil. Elle détient un baccalauréat en arts visuels, profil création de l’Université du Québec à Montréal (1999) ainsi qu’une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval (2012). Elle termine actuellement un certificat en muséologie et diffusion de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Elle est récipiendaire d’une bourse de création de la SODAC (2009) ainsi que d’une bourse de recherche et création du CALQ (2010). Son travail a été récemment présenté à la Maison de la culture de Longueuil et à la 5e biennale du Dessin de Mont-Saint-Hilaire.

Gabrielle Gendron vit et travaille à Dégelis dans le Bas-Saint-Laurent. Elle détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Laval et ses oeuvres ont été exposées récemment au Musée du Bas Saint-Laurent de Rivière-du-Loup. Elle est récipiendaire d’une bourse aux artistes professionnels des Arts visuels (2014) du CALQ pour son projet de recherche et de création Les invisibles, ainsi que de la bourse Hommage-Artiste en formation du Conseil de la Culture du Bas-Saint-Laurent (2013).