Jappements à la lune qui braille (1968-1970/2017) © Franys Chenier, Jappements à la lune qui braille (1968-1970/2017), 2017 Extrait de Jappements à la lune de Claude Gauvreau. Crédit photo: Geneviève

Jappements à la lune qui braille (1968-1970/2017)

Une exposition de Francys Chenier, du 9 novembre au 16 décembre 2017


Jappements à la lune qui braille traduit de manière sonore huit poèmes de Claude Gauvreau à l’aide de boîtes à musique et de bandes de papier cartonnées perforées. Par ce projet, Francys Chenier souhaite mettre de l’avant toute la sensibilité de l’homme qu’était Claude Gauvreau. Les poèmes de Gauvreau sont donc ici traduits non pas pour transposer en musique le langage de l’écrivain, mais bien pour lui transmettre des berceuses. Donner à Gauvreau un refuge, un repère empli de calme et y déposer ces mots de Jean Salvy : « Ne pleure plus, géant, ta ville est éternelle. » *

Francys Chenier voit la poésie comme une source d'images, de sonorités et de paysages de pensées. Extraite des livres, elle devient l'initiatrice de tous mouvements méditatifs, immersifs; mouvements vers l'autre à la rencontre de l'autre et mouvements vers l'intérieur, lieu sensible de l'intime. De par ses œuvres, l’artiste vise une transcendance où il ne sera pas question de littérature, de poésie ou d'arts visuels, mais bien la création de conjonctions entre le poète et l'artiste. Bâtir un hypertexte physique, une mise en espace d’un univers poétique. L’écriture s’y retrouvant à la fois comme moyen de communication de la pensée et moyen de communication du corps. Devenir à la fois et en même temps artiste, écrivain et bibliothécaire.



* Jean Salvy, Lettre à un géant in Claude Gauvreau. Beauté baroque : roman moniste. L’Hexagone, Montréal, 1992.

 Francys Chenier tient à remercier la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie pour l’accès aux documents d’archives sur l’œuvre de Claude Gauvreau. 

BIOGRAPHIE

Francys Chenier est récipiendaire de la Bourse René-Richard (2016) pour les étudiants de second cycle universitaire. Son travail a été présenté dans le cadre de performances et d’interventions à Espace Cercle Carré (2015), à Viva! Art Action (2015) et au Musée du Bas-Saint-Laurent pour Ars memoriae — Fraserville (2015). En 2017, l’artiste a effectué une résidence de création à La Chambre Blanche et exposera son travail à Turbine à Montréal en 2018. Diplômé à la maîtrise interdisciplinaire en arts de l’Université Laval, Francys Chenier vit et travaille à Montréal.