La machine paysage © Andrée-Anne Dupuis Bourret, La machine paysage, 2015-2018. Crédit photo: Andrée-Anne Dupuis Bourret

La machine paysage

Une exposition de Andrée-Anne Dupuis Bourret, du 25 janvier au 3 mars 2018


La machine paysage est une installation modulaire évolutive. Elle est composée de multiples modules et objets en papier sérigraphié ainsi que de dispositifs qui s’assemblent pour former une construction dans laquelle on peut circuler. S’inspirant des jardins hydroponiques, des fermes verticales et des jeux vidéos, cette œuvre interroge notre manière d’organiser la nature pour la rendre plus esthétique et plus productive. Le principe de La machine paysage évoque cette tentative de contrôle par l’aménagement et la fabrication. Les éléments sont d’abord dispersés tels des fragments hétérogènes. La machine cherche à agencer ces morceaux de monde qui prolifèrent. À travers cette réflexion, Andrée-Anne Dupuis Bourret souhaite remettre en question ses propres processus de production notamment en élaborant divers systèmes formels et en explorant leur interaction.

Andrée-Anne Dupuis Bourret aborde la création à partir d’une réflexion sur la perception et l’occupation de l’espace. Explorant le seuil entre l’espace réel et l’espace imaginé. Les processus d’hybridation et de répétition sont au centre de sa pratique. Ils génèrent des ambigüités entre les notions de surface et d’interface, entre l’espace de l’image et celle de l’objet. Ses projets s'incarnent sous diverses formes : installations in situ, sculptures, images fixes et animées, livres d'artiste. À partir d'une série de modules qui se multiplient, elle crée des reconfigurations et des variations. Son œuvre ne se présente pas à la manière d'un objet déterminé, mais comme un processus évolutif suivant son propre rythme.

BIOGRAPHIE

Andrée-Anne Dupuis Bourret a diffusé son travail dans plusieurs expositions au Canada et à l’étranger (États-Unis, Mexique, France, Italie, Pays-Bas, Israël, Australie). Récipiendaire de la médaille d'or du Gouverneur Général du Canada pour son projet de maîtrise en 2011, elle poursuit actuellement un doctorat portant sur les approches transdisciplinaires de l’imprimé. Elle enseigne également les arts d’impression à l’Université du Québec à Montréal.