Histoire de ...

Trois artistes, trois projets, une ville et une exposition ...

Histoire de ...

Événement spécial incluant Ève Cadieux, Dgino Cantin et Annie Conceicao-Rivet, du 2 novembre au 30 novembre 2007
Vernissage vendredi 2 novembre 2007 lors d'un 5 à 7

Je collectionne, jusqu’aux petits riens. Plusieurs aussi le font, heureusement car l’acte de colliger desobjets – qui sont singuliers ou similaires – est souvent garant d’une mémoire et de son appropriation. En sollicitant des collectionneurs Rimouskois de tout acabit, Ève Cadieux a réalisé des images de manière à rendre subjectivement l’histoire, petite ou grande. En parallèle à la prise de vues se sont développés partage et discussions, une expérience de l’histoire à travers les objets, et leurs propriétaires.

Le 6 mai 1950, Rimouski fut le théâtre d’un feu qui détruisit 319 maisons, où nul ne périt dans le brasier : la nuit rouge. C’est à partir de cet épisode de l’histoire de la ville que Dgino Cantin a élaboré une installation, ponctuée d’éléments référentiels et formels, de telle sorte que cet événement en structure l’organisation et en motive les choix. Avec L’émoi des braises, l’artiste a tenté de saisir comment un événement du passé peut être le moteur ou, du moins, le véhicule du sens des objets au présent.

Nul doute qu’autrefois, au Québec, l’identité se forgeait autour et en fonction d’un seul lieu; l’Église. À une époque pas très lointaine, l’Église était un référent absolu, la seule et vraie référence. Annie Conceicao Rivet a choisi de s’inspirer des témoins actuels de ce temps passé autant par son architecture, son mobilier que par son discours. Elle a conçu une installation photographique, qui se présente comme un temps d’arrêt arbitraire sur certains discours idéalisés de l’époque.

 

BIOGRAPHIE

Détentrice d’une maîtrise en Histoire de l’art et création visuelle (1999) de l’Université de Montréal, Ève Cadieux concentre sa pratique artistique autour du photographique, jouant des notions de lieu et d’in situ. Son travail a été présenté dans le cadre de plusieurs expositions individuelles et collectives au Québec et en Europe. Elle est membre producteur et coordonnatrice au centre Vu à Québec, où elle vit.

Dgino Cantin détient une maîtrise en Arts visuels de l’Université Laval. En 2006, il a participé à un atelier-résidence, Les Inclassables, de six mois à Strassbourg (CEAAC) et Paris (Cité des Arts). Entre autres, son travail a été présenté lors d’une exposition solo à Langage Plus (Alma) en 2005 et à la Galerie d’art de Matane en 2007. Cantin est récipiendaire du Vidère relève 2005, prix d’excellence des arts et de la culture, pour l’exposition Pour la suite des choses. Il vit et travaille à Québec.

Annie Conceicao Rivet a complété en 2004 un baccalauréat en Arts visuels et médiatiques (concentration Études féministes) à l’UQÀM. Artiste des arts d’impression, ses oeuvres ont entre autres été exposées dans divers espace de diffusion de la région de Montréal, à Toronto ainsi qu’au Portugal. En 2006, elle a été reçue en residence de production au centre d’artistes Imago (Nouveau-Brunswick). Elle vit et travaille à Montréal.