STATUTS ET POSTURES Le sceau Caravansérail [détail] ~ © Philippe Caron Lefebvre

STATUTS ET POSTURES

Chloé Desjardins, Philippe Caron Lefebvre et François Georget : trois artistes à la pratique singulière réunis à Caravansérail
Une exposition présentée du 7 février au 23 mars 2013

/// Vous pouvez joindre L'ÉVÉNEMENT FACEBOOK réalisé conjointement par le Musée régional de Rimouski et Caravansérail pour la soirée du jeudi 7 février 2013. ///

~ PROGRAMME de la soirée
Jeudi 7 février 2013

17 h au Musée régional de Rimouski

Vernissage de l'exposition de Louis-Philippe Côté.
18 h 30 au Centre d'artistes Caravansérail [Coop Paradis]

Vernissage de l'exposition STATUTS ET POSTURES.
Lancement de la publication bilingue Espaces blancs | essais, créations et dérives.
Buffet et conversations en compagnie des artistes, collaborateurs, commissaires et membres des équipes! [réservation requise au 418 722-0846]

~~~~~~~~~~~~~~

Caravansérail a invité Julie Picard à vivre une première expérience de commissariat auprès de trois artistes invités à exposer ensemble. L’exposition STATUTS ET POSTURES découle de cette rencontre de pratiques singulières et de sensibilité à la matière.

STATUTS ET POSTURES

CAPSULE VIDÉO DISPONIBLE VIA YOUTUBE

Dans cette ère de mobiquité, les statuts s’affichent (statut Facebook); on donne sa position et on se géolocalise. Ici et maintenant, la triangulation fait halte à Caravansérail pour une réflexion autour de la notion de statut. Adoptant des postures diverses, ce trio nous propose un regard croisé sur le statut de l’œuvre, de l’artiste et de la société. Ces questions d’actualités sont abordées à travers des techniques séculaires telles que la porcelaine, la peinture à l’huile, la cire à cacheter.

– Julie Picard, commissaire invitée

Par des moulages enchâssés à des socles, présentoirs et vitrines, Chloé Desjardins installe un chassé-croisé entre l’objet et les conventions de présentation statutaires d’œuvre d’art. Le fragile statut se vitrifie sous-verre, dans le plâtre et la porcelaine. Notre regard tergiverse entre préciosité et curiosité devant ses objets-cabinets, puis dans les jeux d’échelle et de positions, jouant l’ambivalence jusque dans les matières en trompe-l’œil.

Reprenant l’idée de la vitrine, Philippe Caron Lefebvre a encapsulé les pièces à conviction fabriquées pour l’occasion : le dévoilement du Sceau Caravansérail. Son sceau, à l’instar d’une matrice de médaille, a été coulé dans la cire; il rappelle ainsi le cachet, autrefois gage d’authenticité. En tant qu’artiste, il se joue de sa propre posture tout en examinant les systèmes de certification. Il exhibe les modes de reconnaissance qui portent le sceau de nos rapports en société.

Les rapports hiérarchiques sont au cœur du projet pictural de François Georget. Peinture à l’huile, vernis antique et reproductions d’encadrements d’époque appuient des références assumées aux portraits de maîtres anciens. Ses tableaux donnent à voir cinq poses d’hommes s’affairant en complet-cravate. Exposés à la Bourse de Montréal, les portraits de Georget imposaient à la face du regardeur sa propre posture, ou imposture. Aux murs de Caravansérail, les portraits grandeur nature ne sont plus à hauteur d’homme mais le surplombe, dominant le regardeur.
 

[ERRATUM] Le nom famille de l'artiste Philippe Caron Lefebvre a été mal retranscrit dans certains documents (affiche et carton d'exposition). Nous nous excusons sincèrement de ces erreurs.