Laboratoire Folklore

VOLET II
EXPLORATION LITTERATURE ET PERFORMANCE

RESIDENCE DE CREATION
7 - 11 JANVIER 2016

5 A 7 EN PRESENCE
DES ARTISTES

8 JANVIER 2016
CENTRE D'ARTISTES CARAVANSERAIL

DIFFUSION PUBLIQUE

10 JANVIER 2016 A 14H
CHATEAU LANDRY - MONT-JOLI

EN COLLABORATION AVEC
LE CARREFOUR DE LA LITTERATURE,
DES ARTS ET DE LA CULTURE

Le Laboratoire Folklore est un projet de résidence et de diffusion publique autour de la thématique du folklore qui se déroule en trois volets de 2014 à 2017. Pour sa 2e édition, le Centre d’artistes Caravansérail réunit quatre artistes de Rimouski, de Montréal et de Baie-Comeau issus des domaines de la littérature et de la performance artistique, dans une démarche de création expérimentale. Comment ces artistes, qui revendiquent une pratique en art contemporain, peuvent-ils éviter de porter un regard péjoratif sur la thématique abordée dans le Laboratoire Folklore? Comment pourront-ils la respecter tout en se l’appropriant et en s’autorisant à la transformer? Le Laboratoire Folklore servira de contexte dans lequel l’origine de la démarche des artistes sera au centre de leur création.

Le processus de création et la diffusion publique seront documentés et partagés sur les réseaux sociaux et le site internet du Centre d’artistes Caravansérail.

Ces explorations mèneront à une diffusion devant public le 10 janvier 2016 à 14h au Château Landry à Mont-Joli en collaboration avec le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture.

Chargée de projet — Annie Landreville
Directrice générale — Esther Desrosiers
Documentation — Sébastien Raboin

Arkadi Lavoie Lachapelle François Rioux Laurence Gallant Sara Dignard
Jour 1 - Cliquez pour voir

7 JANVIER 2016

Résidence Jour 1

En savoir plus -
Partager sur Facebook

Après deux mois de rencontres virtuelles, tout le monde a fait connaissance hier soir au cours d'un souper.

À 9h ce matin, ils arrivent, s'installent, font le tour des lieux, absorbent l'espace.

Razzia de trouvailles à la friperie : chapka, couverture de laine, véritable robe de folklore en velours.

Après le dîner, l'agitation matinale fait place au travail.

Sara, face au mur, écrit en solo; Arkadi installe des objets, explore les surfaces, la lumière.

Laurence et François discutent de façon animée… à voix basse.

Le jour 1 est aussi une journée de rencontres et d'entrevues. Rencontre en groupe avec Esther, directrice de Caravansérail, avec Xavier de Radio-Canada qui vient faire un reportage, de Sébastien Raboin, notre photographe, qui documentera chaque jour de travail et Vianney Gallant, le père de Laurence venu nous raconter ce conte familial auquel l'auteure s'intéresse dans le cadre de ce laboratoire.

Un moment émouvant, attentif, un conte livré dans un contexte très intime : l'Histoire des trois conseils du roi. Merci Vianney pour ce généreux partage!

Demain, vendredi, on vous attend au 5 à 7.
Et… « Si tu veux échanger ton salaire, je peux te donner un bon conseil », comme disait le conteur.

Jour 2 - Cliquez pour voir

8 JANVIER 2016

Résidence Jour 2

En savoir plus -
Partager sur Facebook

Ils commencent à travailler en collectif. Après des ateliers en commun sur la mémoire, ils ont travaillé avec le corps, avancé dans leur recherche et organisé la mise en place du 5 à 7.

Les visiteurs, en entrant, cherchent tout naturellement quelque chose à regarder. Après tout, ils viennent habituellement pour des vernissages. Il y a quelques objets le long des murs, des mots, des textes, des questions… Au fond de la salle, un feu de foyer sur une télé, des chaises, un éclairage tamisé, une catalogne. Tout le monde est invité à s'asseoir autour du feu. Les quatre artistes animent la discussion avec le public, les invitent à raconter leur folklore et à échanger.

La discussion s'étire sur plus d'une heure. Il a même fallu remettre une bûche dans le foyer virtuel! On a parlé de danse folklorique, de tissage, de contes, de nécessité, de partys de Noël, de communauté et de ce qu'on ne nous a pas transmis. On s'est aussi demandé ce que nous allions laisser à la prochaine génération.

Le mot de la fin de Sara : « C'était comme dans un party de famille finalement : un peu mal à l'aise au début, pis tu trouves ta place, pis le party finit par pogner! »

Demain, tout le monde déménage au Château Landry.

Jour 3 - Cliquez pour voir

9 JANVIER 2016

Résidence Jour 3

En savoir plus -
Partager sur Facebook

C'est l'arrivée au Château Landry pour ce laboratoire en pointillé jusqu'à présent. Les artistes ont eu de courtes périodes de création entrecoupées de rencontres depuis le début de l'aventure. Ils ont hâte de se retrouver dans cette bulle et sitôt arrivés, demandent s'ils peuvent rester une nuit de plus.

Tombés amoureux de la maison centenaire aux murs épais pleins de secrets, ils font le tour des chambres, déposent les bagages et regardent dans tous les coins.

François crie un « Mon doux seigneur! » fort à propos devant l'immense crucifix noir dans la chambre qu'il va occuper.
Il aime « les trésors accrochés aux murs, les textures, les tissus, les rideaux »

Sara est attentive aux sons. Elle fait remarquer qu'il y a quelque chose de très traditionnel à crier dans nos maisons à deux, trois étages. On se crie souvent d'une pièce à l'autre. Elle observe aussi l'écho qui résonne quand on est à un endroit très précis de la salle à manger. C'est Sébastien le photographe qui sera le cobaye pour la démonstration!

Laurence a les yeux brillants. Elle est bien, ici, écoute les murs qui parlent, cherche les secrets des racoins, nous confie que dans ses textes, il est souvent question de murs, de bois, de maisons...

Arkadi conclut : « J'ai hâte qu'on gratte un peu. »

Jour 4 - Cliquez pour voir

10 JANVIER 2016

Résidence Jour 4

En savoir plus -
Partager sur Facebook

C'est le moment de voir le résultat du travail fait cette semaine. Plus d'une quarantaine de personnes sont sur place, les artistes devront faire leur performance deux fois puisqu'on doit les diviser en deux groupes. Au cours d'un parcours déambulatoire à l'intérieur du Château Landry, une magnifique maison centenaire, les artistes nous font circuler, interventions et lectures intercalées pendant près de 45 minutes.

Le lieu les habite.
François travaille dans le silence. Défaisant la catalogne, repassant les languettes de tissu pour les ramener en arrière dans le temps, le geste du présent défaisant le geste du passé. Touchant moment riche de symboles.

Puis Laurence lit un texte puisé dans une bouilloire de cuivre, les mots écrits sur des languettes de catalogne.
Tout ici est de l'ordre de l'évocation : ange dans la neige vu de la fenêtre, chansons d'enfants, ombres sur les murs…

On a fait le tour du château, dedans, dehors, sous les combles. Le public patiente pendant la 2e représentation pour échanger avec les artistes qui ont les yeux brillants et la gorge sèche.

Tout s'est mis en place au Château, ils y ont trouvé l'espace pour unifier leurs créations, tout en respectant leur pratique. Il leur reste une courte journée pour décanter tout ça, poursuivre la réflexion, fixer les mots sur le papier…

11 JANVIER 2016

Résidence Jour 5

En savoir plus -
Partager sur Facebook

Voilà, c'est la fin du volet 2 de Laboratoire folklore. La fin de l'aventure en terre rimouskoise, mais les quatre artistes qui y ont participé sont unanimes : ils seront habités longtemps par cette courte semaine intense. Des amitiés se sont tissées, des envies de travailler ensemble aussi. Pour certains c'est la poursuite d'une démarche, pour d'autres une véritable révélation.

Le public a été bien présent aux deux rencontres, les échanges fructueux et le pari risqué de la création en groupe bien relevé. Hier soir, au souper d'adieu, ce sont quatre amis et complices qui se sont dit au revoir.

Nous garderons les images, les mots, les silences pleins de vérité des gestes accomplis.

Ils vont retrouver leur quotidien et poursuivre leur chemin. Arkadi a vu le fleuve dans l'autobus qui la ramènais à Montréal; François goûtera les vagues en traversant pour Baie-Comeau (courage!). Laurence et Sara ont pu retrouver leur chez-soi rimouskois.

« Les voix qui se rallient à tâtons
mains soudées dans le brouillard
Le métier à tisser est en marche. »

Laurence G. Gallant